Exode

Des silhouettes fantomatiques, nues et vulnérables, errant sous le soleil, dans un paysage désertique, traînant plus qu’elles ne portent les charges inertes d’un monde qui s’enlise, qui s’asphyxie, qui croule, sous les bombes peut-être, dans le chaos certainement.
Face à un quotidien sans espoir, sans lendemain, à cette mort qui rôde, inéluctable, la fuite n’est-elle pas le seul choix logique pour qui veut vivre et voir vivre ses êtres chers ?
Alors il faut partir.
Il a fallu partir.
Alors un jour ils ont chargé leurs épaules des reliefs d’une vie de misère et sont partis droit devant, sans se retourner. Ils ont tout quitté, tout laissé derrière eux.
Ils ont pris la mer, se sont jetés à l’eau. Mettant leur sort et celui de leurs familles entre les mains du destin. Ballottés par les vagues, tourmentés par les vents. Beaucoup ne sont jamais arrivés. Tous ont disparu. Quittées, la guerre, la misère, la faim. Mais perdus l’Histoire, le foyer, oubliée l’insouciance. La peur et le danger les accompagnent au long de leur Exode.
Brisés par les vagues comme des fétus de paille, des branches arrachées entraînées au large, nombre d’entre eux finiront au fond des eaux.
Exsangues.
Exilés.
Exténués.
Libérés ?
EXODE.

Daniel Marc
Vues d'exposition
Performance et travail de post-production vidéo complémentaire au travail photographique exposée.